Cinq conseils pour bien nourrir son cheval !

Le terme « floconnés » est utilisé couramment lorsque l’on évoque l’alimentation de nos chevaux. De quoi s’agit-il réellement et quel est son intérêt dans la ration ? je vous explique tout dans cet article !

Le floconnage concerne les graines de céréales (orge, maïs, etc.). Les grains sont cuits à la vapeur pendant environ 10 min avant d’être aplatis dans un laminoir, séchés à l’air chaud, puis refroidis à l’air froid. Ils sont alors prêts à être incorporés dans une ration ou un aliment. C’est le principe de cuisson des céréales du petit déjeuner appliqué au cheval !

Cette cuisson favorise plus ou moins la digestibilité de l’amidon contenu dans les grains. Ainsi, elle améliore considérablement celle du maïs et de l’orge, mais beaucoup moins celle de l’avoine qui est déjà très digestible. Plus l’amidon d’un grain entier est difficile à ingérer, plus son floconnage est intéressant.

Ainsi, le floconnage du maïs en fait une excellente source d’énergie, digestible et concentrée, en augmentant sa valeur énergétique au kilogramme. Par rapport à un grain entier, ce procédé permet d’apporter autant d’énergie (calories) pour une quantité moindre.

Les grains floconnés peuvent être utilisés dans les rations traditionnelles, comme source d’énergie, mais également comme source de protéines (avec des graines de légumineuses, comme le pois ou le soja, préalablement toastées pour inhiber les facteurs antinutritionnels qu’elles contiennent) ou encore comme ingrédients dans les aliments composés.

Mais attention, bien que la digestibilité de l’amidon soit améliorée par le floconnage, elle reste variable en fonction de nombreux facteurs. Plus la quantité consommée est élevée, moins le cheval digère correctement l’amidon, qui se retrouve alors dans le gros intestin où les fermentations qu’il provoquera pourront avoir des conséquences variables, des diarrhées aux coliques, jusqu’à la fourbure.

La présence de grains floconnés dans un aliment en remplacement de grains « bruts » augmente la densité énergétique (nombre de calories/kg) de la ration. Mais les grains floconnés ont un poids plus faible que celui du grain entier. Ainsi le maïs pèse, par exemple, 300g /litre sous sa forme floconnée, contre 750 g/litre sous forme de grains entiers. Si cet encombrement supplémentaire représente un inconvénient durant le transport et le stockage, il a aussi un réel avantage : la même quantité d’aliments (en kg) représente un volume plus grand, on occupera donc le cheval plus longtemps pendant son repas !

Par rapport à des aliments granulés, les aliments floconnés sont considérés comme plus élaborés. Ils sont particulièrement intéressants chez des chevaux qui ont des besoins conséquents, où chez ceux qui ont des besoins modérés mais devant recevoir des petites quantités d’aliments concentrés (par exemple des chevaux au pré avec une seule ration de concentrés par jour).

Leur emploi ne dispense pas cependant de respecter les règles de base de l’alimentation du cheval : fractionner les repas, fourrage prépondérant dans la ration, respect de l’équilibre minéral de la ration.


Anaël MARZIN
Responsable marché Equideos