Diarrhee poulains

Bientôt la saison pour récolter le foin et toujours cette même question : va-t-on le réussir cette année ? Car un foin mal conditionné peut se dégrader rapidement, lorsque l’humidité moisit le cœur des ballots et affecte progressivement l’ensemble. Pour que le foin puisse conserver ses qualités alimentaires pendant toute une année et nourrir vos chevaux pendant l’hiver, il convient de bien le conditionner. Petits ballots, balles rondes, enrubannage, etc., à vous de choisir le conditionnement qui vous convient …

Petits ballots ou grandes balles ?

Les petites bottes d’une quinzaine de kilos ont la faveur des petites écuries, car elles se manipulent facilement, sans devoir utiliser la fourche du tracteur. Un pressage de moyenne densité permet au foin de respirer à l’intérieur de la botte, limitant les risques de moisissures, qui sont les principaux risques. Si l’intérieur d’un petit ballot est moisi, il suffit de l’éliminer sans qu’il n’affecte les autres, ce qui n’est pas le cas d’une grande balle ronde qui est perdue si l’intérieur est moisi.

Autre avantage des petits ballots : ils peuvent être entreposés dans des endroits non accessibles à un engin agricole. Leur manutention est cependant contraignante, car elle doit être faite à la main.

Les grandes écuries préfèrent généralement utiliser des grandes balles rondes ou carrées qui sont déplacées avec la fourche du tracteur et entreposées dans de vastes hangars. Les balles rondes sont souvent préférées au rectangulaires, car elles peuvent être déplacées plus facilement en roulant. Il suffit de placer la balle à l’extrémité de la travée de boxes et de la dérouler pour pouvoir pousser le foin dans les boxes, en individualisant la ration.

Enrubannage.

Lorsque les conditions climatiques ne sont pas favorables, c’est-à-dire lorsque l’ensoleillement n’est pas suffisant pour sécher le foin complètement, les grandes balles rondes peuvent être enrubannées. Même si le foin n’est pas totalement sec, le ruban étanche enroulé tout autour, le met à l’abri de l’air, ce qui l’empêche de moisir.

Pour réaliser un bon enrubannage, la teneur en matière sèche doit être supérieur à 45%, voire atteindre 55% pour limiter le développement des spores butyriques. Il est également indispensable d’utiliser un film de bonne qualité, parfaitement étanche. Du point de vue nutritionnel, l’enrubannage assure une valeur alimentaire légèrement inférieure au foin séché dans des conditions habituelles, mais enrubanné dans de bonnes conditions, il se conserve parfaitement.

En résumé, les techniques de fanage et de séchage entraînent des pertes et des transformations du fourrage. On observe en effet des pertes au niveau des constituants intracellulaires comme le sucre, principale qualité d’un bon fourrage. Les conditions de séchage jouent également sur l’épaississement des parois cellulaire des végétaux.

La baisse de la digestibilité dépend alors des conditions de séchage et de conditionnement.

Quand remettre en pâture ?

Après avoir récolté le foin, il est nécessaire de savoir à quel moment vous pouvez remettre les chevaux en pâture. Par principe, laisser pâturer vos chevaux trop tôt défavorise les pousses suivantes, mais pâturer trop tard privilégie l’accumulation de feuilles mortes qui ne présente aucune qualité alimentaire.

Dans une pâture insuffisamment exploitée, les feuilles sénescentes s’accumulent : la production et la digestibilité diminuent et des maladies peuvent s’installer.

Pour déterminer la bonne hauteur à laquelle vous pouvez remettre vos chevaux en pâture, servez-vous de vos bottes. Une bonne manière pratique dite « cheville talon » permet en effet de prendre en référence ces parties des bottes pour déterminer le moment du pâturage d’après la hauteur de l’herbe.

Pour le ray gras anglais qui est plus fréquent, vous pouvez mettre sans risques les animaux à l’herbe lorsque la végétation arrive à hauteur des chevilles. Il faudra cependant sortir les animaux lorsque l’herbe n’arrive plus à hauteur des talons. Le rythme de pâturage doit en effet découler du rythme de pousse de l’herbe car au printemps, la formation d’une talle demande entre 14 et 16 jours alors qu’en été, elle nécessite parfois plus de 40 jours.

C’est au prix de choix judicieux et de précautions bien pensées, que vos chevaux pourront consommer pendant tout l’hiver un foin de qualité bien récolté, mais également bien conditionné.


Anaël MARZIN
Responsable marché Equideos