L’intérêt de l’ail pour le cheval

L’ail, bien connu pour son utilisation en cuisine, est également utilisé depuis des décennies par bon nombre de propriétaires, éleveurs, entraîneurs de chevaux pour ses multiples vertus. Ses propriétés diverses et variées en font un produit polyvalent et 100 % naturel, de plus en plus privilégié.

Les différentes propriétés de l’ail sont liées à la présence d’alliine, d’adojène et d’allicine. Ce sont ces 3 composés soufrés qui donnent à l’ail son odeur forte et son goût si spécial qui lui confère aussi ses vertus. Cependant, la composition de l’ail n’est pas la même en fonction de la forme sous laquelle on l’administre.

Faisons donc le point sur les bienfaits pour le cheval, les différentes formes sous lesquelles il peut être administré et les doses à respecter en fonction du mode d’administration choisi.

1- L’ail : des propriétés inépuisables et de nombreux bienfaits pour le cheval

  • Effet insectifuge
    La propriété la plus connue de l’ail est d’être un répulsif naturel contre les insectes. En effet, de par son odeur soufrée assez forte, l’ail repousse les insectes piqueurs qui peuvent déranger les chevaux, voire même être à l’origine d’allergies. L’ail intégré à la ration alimentaire du cheval ( en flocons ou en semoule par exemple) offre une première possibilité de répulsif contre les insectes. Le cheval, en transpirant, dégage une odeur d’ail qui éloigne les insectes. Il est également possible d’appliquer l’ail directement en solution pour plus d’efficacité. (Attention, cette deuxième technique crée une odeur très forte qui ne fait pas fuir que les insectes…).
  • Antiseptique & booster de défenses immunitaires
    L’ail est réputé pour ses effets immunostimulants, ce qui permet de booster le système immunitaire. Il fait également office d’antiseptique naturel chez le cheval. Ses effets antibactériens ont été démontrés par Louis Pasteur en 1858 lors de son utilisation sur les plaies externes. Cette propriété provient de l’allicine, antibactérien puissant à large spectre, actif sur les différentes souches de streptocoques, staphylocoques, entérocoques, salmonella et shigella, et qui est aussi un antifongique efficace sur les fonges candida ou aspergillus par exemple.
    Attention : l’utilisation de l’ail comme antibiotique externe peut parfois causer des brûlures et allergies cutanées. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.
    Si sa fonction antiseptique externe a été démontrée à de nombreuses reprises, l’utilisation de l’ail comme antibiotique pour combattre les infections bactériennes en interne ne semble cependant pas efficace. En effet, l’allicine (à l’origine des propriétés antiseptiques de l’ail) est un composé très instable et est détruit très rapidement par le pH de l’estomac.
  • Effets anticoagulants, antioxydants et soutient de la fonction respiratoire
    L’ail est connu pour ses propriétés antioxydantes (prévient de la dégradation des cellules par oxydation) et anticoagulantes (fluidifie le sang). Cette dernière action à pour effet de permettre aux globules rouges de transporter plus rapidement l’oxygène jusqu’aux muscles du cheval, raison pour laquelle l’ail est utilisé chez les chevaux de course pour accélérer la circulation sanguine à l’effort.
    Ces effets anticoagulants empêchent cependant la bonne cicatrisation d’une plaie. On évitera donc de donner de l’ail à un cheval blessé.

    Enfin, en plus d’agir sur le sang, l’ail fluidifie également les sécrétions nasales, favorisant le bon fonctionnement des voies respiratoires et soutient le cheval dans l’effort.
  • Éliminateur de toxines
    Les composés de l’ail soutiennent le cheval en activant le processus digestif et favorisent le drainage des toxines. En effet, l’ail est réputé pour ses propriétés chélatrices (s’attachent à d’autres éléments chimiques et permettent leur élimination de l’organisme) contre certains métaux lourds et toxines de l’organisme du cheval.
  • Vermifuge naturel
    Si cette propriété est parfois remise en cause, plusieurs études in vitro mettent cependant en avant l’efficacité de l’ail contre certains parasites internes, notamment une action très forte contre les strongles. Un renforcement naturel de l’immunité parasitaire peut être mis en place chez le cheval avec des cures de Verm-X , afin de contrôler les parasites internes tout en étant doux avec son système digestif.
  • Source de vitamines
    Naturellement riche en 33 composés sulfureux, 17 acides aminés, calcium, cuivre, fer, potassium, magnésium, sélénium, zinc et vitamines A, B, C et E, l’ail est un excellent complément alimentaire qui vous permettra de rééquilibrer la ration de votre cheval après un déséquilibre digestif.

2- L’ail sous toutes ses formes

L’ail peut être utilisé sous différentes formes chez le cheval, elles représentent toutes des avantages variés.

  • L’ail brut est très intéressant médicinalement car la concentration d’allicine y est maximale. Attention, dans la gousse intacte, l’allicine est absente. C’est seulement lorsque l’ail frais est coupé, haché ou écrasé que l’enzyme alliinase convertit l’alliine en allicine. Cette dernière apparaît rapidement après que la gousse d’ail ait été « agressée » (hachée, coupée…) et atteint son taux maximal de conversion après 15 minutes.
  • L’ail séché en flocons : matière première floconnée ayant l’avantage d’être croquante en bouche pour le cheval. S’incorpore très bien à la ration. Afin de profiter de toutes les vertus de l’ail, il est conseillé de le réhydrater avant la distribution au cheval afin que la synthèse d’allicine s’opère.
  • L’ail séché en semoule : avec une distribution facile et une appétence supérieure à l’ail en flocon, il est également conseillé de réhydrater l’ail en semoule avant sa distribution au cheval.
  • L’huile essentielle d’ail : comme toutes les huiles essentielles, cette forme apporte de nombreux bienfaits de l’ail. Attention cependant, une bonne connaissance des doses et interactions avec d’autres produits est nécessaire à son utilisation.

3- L’ail est il inoffensif pour le cheval ?

En tant que produit naturel aux multiples vertues, nous avons tendance à supposer que l’ail ne peut pas représenter de danger pour le cheval. C’est faux ! Au-delà de 2 grammes d’ail frais ou de 0.2 grammes d’ail séché par kilo de poids vif, celui-ci représente un danger pour le cheval et peut causer des symptômes sévères tels que :

  • Vomissements
  • Diarrhée
  • Faiblesse
  • Essoufflement
  • Tachycardie (rythme cardiaque trop élevé)
  • Anémie (muqueuses pâles)
  • Ictères (muqueuses jaunes)
  • Hémoglobinurie (urine rougeâtre)
  • Endommagement du tube digestif

De plus, l’ail ne doit être distribué que sous forme de cure (on privilégie les cures de 2 à 4 semaines), et non de façon régulière sur l’année. La période d’administration ne doit pas dépasser 60 jours. En effet, même sur des doses ridicules, les effets négatifs commencent à se faire ressentir à partir de 71 jours d’administration.

Ce qu’il faut retenir :

L’ail présente de multiples vertus pour le cheval en ayant l’avantage d’être un produit 100 % naturel. Disponible sous différentes formes, il possède des propriétés insectifuges, antiseptiques, anticoagulantes, antioxydantes, drainantes et est source d’acides aminés et de vitamines A, B, C et E. Il est indispensable de ne pas dépasser 20 à 40 grammes d’ail par jour pour un cheval de 500 kg et 20 grammes pour un poney. L’ail se distribue sous forme de cure ne devant jamais dépasser les 60 jours (idéalement 1 mois). En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.


Louise JEGARD
Chef de Produit Équidéos