L’intérêt de l’alimentation sans céréales pour un cheval

Depuis quelques années, de nombreuses personnes se tournent vers une alimentation sans céréales pour leurs chevaux. Dites en décalage avec l’alimentation naturelle du cheval, les céréales sont en effet de plus en plus boudées dans l’aliment équin par les propriétaires, qui souhaitent revenir à une alimentation plus naturelle pour le cheval.

Effet de mode ou réel intérêt alimentaire et nutritionnel pour le cheval ? On vous propose de faire le point sur ces aliments sans céréales et leurs bienfaits sur certains de nos chevaux.

Les origines de l’alimentation du cheval

On a facilement tendance à l’oublier mais le cheval est un herbivore ! À l’état naturel, celui-ci passe environ 17 heures par jour à se nourrir. Dans la nature, son régime alimentaire est constitué exclusivement d’herbe, de légumineuses et de plantes fourragères et le cheval ne consomme pas du tout de céréales. Le cheval à un petit estomac, ce qui explique que dans la nature, il s’alimente de multiples petits repas tout au long de la journée. Le système digestif du cheval est particulièrement adapté à la digestion des fibres que le cheval sait très bien valoriser énergétiquement. Mais alors, pourquoi a-t-on commencé à donner des céréales à nos chevaux ?

Les céréales, avantages et inconvénients dans l’alimentation du cheval

Les céréales sont très riches en amidon, qui est un glucide complexe (ou sucre) permettant la production d’énergie glucidique nécessaire à une activité musculaire. Si en l’état, elles ne peuvent pas constituer une ration équilibrée pour le cheval (elles ne contiennent que très peu de protéines et de minéraux), elles sont cependant intéressantes d’un point de vue énergétique quand elles sont données en bonne quantité. Utilisées dans un aliment complet et mélangées à d’autres matières premières, elles sont parfaitement adaptées au cheval de sport ou de course, à condition de ne pas dépasser 100 à 200g d’amidon pour 100kg de poids vif par repas.

Attention cependant à ne pas les distribuer en trop grande quantité. En effet, une grande ingestion de céréales peut poser problème au niveau de l’estomac : lorsque le cheval ingère une grande quantité d’amidon, la rétention dans l’estomac s’allonge fortement (plusieurs heures), la fermentation gastrique de l’amidon est alors intense. Ce dysfonctionnement peut alors entraîner l’apparition de coliques, d’ulcères, d’insulinorésistance ou encore de diarrhée.

Quelles sont les alternatives aux céréales et pour quels chevaux sont-elles adaptées ?

Dans l’élaboration d’un aliment complet, les céréales peuvent être remplacées par de l’énergie lipide (huiles), des fibres (comme la pulpe de betterave) et des protéines (telles que la luzerne par exemple). Ces ingrédients ne sont pas spécifiques de l’alimentation sans céréales puisqu’ils sont également présents dans un aliment complet classique. L’aliment sans céréales est donc généralement moins dense et plus volumineux qu’un aliment classique.

Si un apport modéré de céréales reste intéressant pour un cheval de sport ou de course (l’amidon va apporter de l’énergie au cheval pour un travail plus « explosif »), certains chevaux peuvent totalement s’en passer, et ce n’est que mieux pour leur santé :

  • En vieillissant, le système digestif des chevaux ne fonctionne plus aussi bien. Un apport de céréales peut risquer de provoquer coliques et bouchons. Un cheval retraité ou de loisir n’ayant pas beaucoup de dépenses énergétiques, une alimentation sans céréales lui est tout à fait adaptée. Un aliment ultra fibreux sans céréales facilitera en plus l’ingestion de la ration par un vieux cheval pouvant souffrir de problème dentair
  • Les chevaux souffrant de problèmes métaboliques tels que de la fourbure, la maladie de cushing, PSSM… Ces chevaux ne tolèrent que très peu l’amidon et celui-ci doit être réduit au maximum dans leur ration journalière. Il existe des aliments, comme le Mash Light, affichant un des taux d’amidon les plus faibles du marché (3%).
  • L’amidon peut favoriser l’apparition de coups de sang chez les chevaux de sport. Il est alors parfois compliqué de trouver un aliment sans céréales suffisamment énergétique pour couvrir les besoins du cheval, tout en limitant l’effet explosif de ces dernières. Aliment sans céréales, le Sport Mix Zéro est donc enrichi en huile pour garantir un apport d’énergie suffisant au cheval de sport, tout en limitant l’apparition de coups de sang dus aux céréales.
  • Chez le cheval de compétition, une alimentation trop riche en amidon, un apport en fourrage insuffisant associé à des périodes de jeun répétées et de stress sont souvent à l’origine d’apparition d’ulcères gastriques. L’Ultra Mix Fibre Sport 0 Céréales favorise la salivation chez le cheval, permettant de contrôler l’acidité gastrique de l’estomac. Les fibres en brins long incitent également le cheval à « grignoter » sa ration tout au long de la journée, ce qui en fait un aliment adapté aux chevaux ne disposant pas d’un accès au foin à volonté.
  • Chez les chevaux d’élevage, un apport trop élevé en amidon favorise l’apparition de risques d’affections ostéo-articulaires. Avec une forte teneur en protéines pour couvrir les besoins du poulain en croissance, de la poulinière en gestation / lactation, le Breeding Light affiche des taux d’amidon et de sucres très faible grâce à sa formule sans céréales et diminue le risque d’apparition de ces troubles chez les chevaux d’élevage.

En conclusion

Si l’ingestion de céréales n’est pas naturelle chez le cheval à l’état sauvage, une quantité mesurée dans sa ration peut cependant être intéressante en fonction de son activité. Cependant, chez certains chevaux, la présence d’amidon doit être limitée au maximum pour limiter les effets secondaires de ce dernier. Il est alors intéressant de se tourner vers un aliment complet sans céréales, pour continuer à subvenir aux besoins nutritionnels des chevaux domestiques en préservant leur bien-être.


Louise JEGARD
Chef de Produit Équidéos