Poulain orphelin : comment réussir son adoption ?
Poulain orphelin : comment réussir son adoption ?

C’est toujours un moment de panique quand un problème au poulinage survient, c’est pour cela qu’il est important de connaître la marche à suivre en amont de cet évènement. Quel est le lien mère-jeune chez le cheval ? Comment assurer une bonne relation lors de complications ? Cet article vous aide à prévoir les difficultés que vous pourrez éventuellement rencontrer.

Tout d’abord, gardez bien en tête cette règle primordiale : La règle du 1, 2, 3.


Poulain orphelin : comment réussir son adoption ?

S'il y a un des trois points qui ne se réalise pas, cela peut signifier qu'il y a un problème et par conséquent qu’il est nécessaire d’intervenir et d’appeler rapidement votre vétérinaire.

Lien mère-jeune chez le cheval

Il est important de connaître le comportement normal de la jument avec son poulain les premières heures de vie pour savoir quand il ne l’est pas. La période critique pendant laquelle la jument accepte son poulain n’a pas été clairement déterminée mais, chez la plupart des ongulés, il s’agit des six premières heures après la mise-bas.

L’olfactif est autant important voir plus important que le toucher chez le cheval. Ainsi, le début de la socialisation entre la mère et le poulain commence à la mise-bas, lorsque la jument s’imprègne de l’odeur des enveloppes fœtales, qu’elle retrouve ensuite sur le poulain. Le poulain s’imprègne aussi de l’odeur du lait de sa mère en le buvant. La mère apprend ainsi à reconnaître l’empreinte olfactive de son poulain pour l’identifier. Le lien mère-poulain s’établit à travers le léchage, séquence comportementale très courte à environ une heure de vie du poulain. Les contacts de la mère avec son poulain sont d'abord plus fréquents au niveau de la tête, puis elle se concentre ensuite sur l'arrière-main du poulain en position d’allaitement, elle peut aussi renifler le périnée du poulain lorsque celui-ci tète. Elle va alors débuter un comportement de protection vis-à-vis de son poulain qui peut être illustré par une mimique agressive face à d’autres individus. L'établissement du lien jument-poulain se fait dans les quelques heures suivant la mise-bas, alors que le lien poulain-mère met plus de temps à se créer.

Dès sa première demi-heure de vie, le poulain montre un vif intérêt pour son environnement : il commence à s’orienter vers sa mère ou tout objet proche, dès la 25ème minute. Le poulain est myope, sa vision de près est donc bonne alors que sa vision de loin et son accommodation visuelle sont mauvaises. L’exploration de la mère se fait donc par contact rapproché. Comme sa vision est limitée, le poulain s’attache et suit le premier objet de grande taille proche de lui. Il arrive que certains poulains suivent n’importe quel animal ou humain en mouvement à proximité, le comportement protecteur de la mère lui permet de garder son poulain proche d'elle et d’empêcher le contact avec tout autre individu. Cette proximité se maintient pendant les premiers jours du poulain, ce qui lui permet d’apprendre à reconnaître sa mère par la vue et l’odorat.

Une séparation de la mère et son poulain dans les premières heures de vie perturbe cet équilibre : le poulain montre des signes de désorientation, alors que la mère s'agite.

Conduite à suivre lors d’une adoption de poulain par une nourrice

C’est une situation où la réactivité est de mise, mais pas de précipitation : une adoption peut se réussir en 20 minutes comme en 20 jours. Il est indispensable de contacter un vétérinaire expérimenté en reproduction, pour le protocole de médication et /ou un expert en élevage pour vous guider dans l'adoption. Vous pouvez nous contacter au 0 801 800 100 si vous souhaitez des renseignements.

Toutes les juments ne sont pas de bonnes candidates pour devenir mères adoptives. En effet, il est essentiel dans un premier temps qu’elles aient une bonne santé, mais également un bon caractère, un bon instinct maternel et qu'elles soient bien manipulées et manipulables. De plus, l’apprentissage du poulain se fait à travers la mère, et certaines caractéristiques métaboliques sont transmises par la mère (par exemple le microbiote ou l’insulinémie). À long terme, il faudra donc réévaluer l'option d'élever un cheval de sport avec une jument de trait (par exemple), d’autant plus si le poulain en question a une certaine valeur.

Pour la plupart des poulinages par mesure de précaution, un morceau de placenta d’origine devrait toujours être conservé dans un sac en plastique et mis au réfrigérateur. Si la jument et le poulain vont bien, le morceau de placenta peut être jeté, toutefois dans le cas où il est prévu de prêter la mère pour adoption, il est nécessaire de garder le morceau de placenta jusqu'à que le poulain arrive pour l'adoption. En cas de mort du poulain et lorsque le placenta ne peut pas être conservé ou ne peut pas être trouvé, il est recommandé de garder le corps du poulain si l’adoption d’un autre poulain par la mère est envisagée. Dans ce même cas, il est nécessaire de traire la mère et de conserver le colostrum récolté au congélateur dans une bouteille en plastique. Si la jument a eu des complications au poulinage et que sa santé est compromise, ou si elle a rejeté le poulain, il est recommandé d’essayer de la traire et de donner au plus vite le colostrum au nouveau-né avec un biberon ou une seringue.

Il est également important de s’assurer que le poulain a bu le colostrum en quantité suffisante (au moins 1,5/2L) et que ce dernier est de bonne qualité (test réfractomètre BRIX) et fourni dans les 6 à 8 premières heures de vie (ensuite le système digestif devient imperméable aux cellules de l’immunité). Il est vital pour la survie du nouveau-né de s'assurer que le poulain a une immunité de base. Par conséquent, si le poulain n'a pas bu le colostrum ou qu’il est incapable de le faire, il faut appeler d'urgence un vétérinaire ou contacter le plus rapidement possible quelqu'un possédant du colostrum congelé.

Idéalement, si un poulain a bu le colostrum de sa mère, la jument adoptive sera celle qui déménagera car le poulain aura une immunité spécifique à l'environnement où il est né. Cependant, parfois l'adoption est plus réussie lorsqu'elle se fait au même endroit que sur le lieu de poulinage, car la jument est moins stressée et connaît son environnement. La meilleure option doit être évaluée en tenant compte des propriétaires ainsi que de la santé de la jument et du poulain.

Dans tous les cas, l'installation doit être sûre, propre et confortable pour les chevaux et les personnes qui vont procéder à l'adoption. Idéalement, la jument et le poulain devraient être manipulés par le/s propriétaire/s ou une personne qui connaît la jument afin que celle-ci se sente en sécurité et reste calme.

Il est pratique d'avoir deux boxes côte à côte où la jument peut voir et sentir le poulain pendant que se prépare l’introduction. Il est également important qu'il n'y ait pas des chevaux autour. La jument nécessitera peut être une sédation ou un moyen pour la calmer avec un tord nez ou le stabeleizer par exemple. Il faut que la jument se rappelle de l’introduction et de la tétée pour que cela fonctionne sur le long terme. Lors de l'introduction du poulain, celui-ci est imprégné du placenta conservé au frigo, de la tête à la croupe. Une autre recommandation est une injection d'ocytocine afin de provoquer des contractions utérines chez la jument afin de stimuler l’excrétion du lait.

Le poulain est guidé en le tenant par l’encolure et sous la queue afin d’approcher sur le côté de la jument avec la tête de ce dernier face à l'arrière de la jument. La jument doit pouvoir le sentir. Une fois que la jument est calme et confiante, le poulain peut ensuite être guidé vers les mamelles.

Il est tout à fait normal que la jument fasse des bruits lors des premières fois. Il est impératif de rester calme et de ne pas faire de mouvements brusques. Si la jument est complètement détendue et qu’il est clairement constaté qu'elle accepte le poulain, il est possible de s'éloigner un peu. Dans le cas contraire, le processus précédent devra être répété plusieurs fois jusqu'à ce que la jument accepte naturellement le poulain.

La place de l’homme

Élever un poulain orphelin peut avoir des effets néfastes sur le comportement futur du poulain si des mesures préventives ne sont pas prises. En temps normal, la mère a pour rôle d’apprendre à son poulain la discipline et le respect des autres chevaux et des humains. Un poulain élevé par l’homme a tendance à devenir trop amical, à ne pas respecter les humains, ni les autres poulains et chevaux, en les mordant, leur donnant des coup de pieds, ou en les chassant. Pour éviter tout problème de discipline dans le futur, il doit être habitué à porter un licol, à être conduit à la longe et à être habituer à ce qu’on lui manipule les pieds. Il est indispensable de mettre le plus tôt possible le poulain au contact d’autres équidés.


Source :
Emma Ruiz Canas. Experte en adoption de poulain.
Marine Becquart, 2012. Les interactions entre l'homme et le poulain de la naissance au sevrage : synthèse bibliographique. Thèse d'exercice, Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse - ENVT, 119 p.


Suzie Bathellier
Chef de produit