Préparer un jeune cheval pour les ventes : quelle alimentation privilégier ?

La sélection pour les ventes de yearlings ou des jeunes étalons est rude et suit des critères bien particuliers. En général, elle dépend du pedigree, de la conformation et du comportement. Dans cet article, je vous donne des astuces pour jouer sur la conformation grâce à l’alimentation lors de la préparation aux ventes !

Objectif :

Pour être sélectionné, le jeune doit être bien formé et musclé pour montrer le plus possible son futur potentiel. Ces aplombs doivent être irréprochables et sa croissance doit avoir été optimale. Cela bien sûr dépend d’une alimentation équilibrée depuis sa naissance. Néanmoins, pour le jour de la présentation, la performance des jeunes doit être mise en avant. Comme ceux sont des jeunes chevaux, la possibilité du renforcement musculaire par l'entraînement est limitée, ainsi l’augmentation de la masse corporelle et musculaire dépend, en général, de l’alimentation.

Quel apport nutritionnel à privilégier ?

Des études ont montré que la synthèse de muscle augmentait lorsqu’on enrichissait la ration en protéines totales. Il peut être intéressant d’augmenter de façon importante la proportion de protéines dans la ration. Cependant, l’effet de cet enrichissement risque de rencontrer un plateau, à partir duquel l’apport de protéines supplémentaires ne sera qu’une perte d’argent voir un risque pour le cheval. Il faut s’assurer conjointement à l’augmentation des protéines totales, d’augmenter la digestibilité et la qualité des protéines apportées. La digestibilité concerne la quantité de protéines ingérées qui sont potentiellement absorbées le long du tractus digestif par rapport à celles qui sont perdues dans les urines ou les crottins. La digestibilité dépend de la complexité de la protéine et de l’origine de l’apport. Elle peut être augmentée par l’apport conjointe d’autres aliments et nutriments. A l’inverse des carences en minéraux peuvent diminuer la digestibilité. Ainsi, cet apport en protéines doit être conjoint d’un apport énergétique équilibré en fonction des besoins pour éviter toute perte de digestibilité par un état de santé digestif dégradé.

La qualité correspond à la composition en acides aminés des protéines en relation avec les besoins en ces acides aminés du cheval.

Des études ont montré qu’une supplémentation en acides aminés (composant des protéines) indispensables (tel que la lysine) permettait de maintenir voir d’augmenter la masse musculaire du cheval par rapport à un régime sans supplémentation, sans avoir de réelle différence sur la masse corporelle et cela quelque soit l’âge. De même, une étude menée sur les foals a montré qu’une complémentation en protéines de haute qualité (très riche en acides aminés indispensables) permettait aux foals de gagner du poids plus rapidement du sevrage à un an et d’avoir un poids supérieur à un an qu’une complémentation en protéine de basse qualité.

Le timing de l’apport en protéines est aussi important car il peut jouer sur la synthèse des muscles. En effet, apporter une supplémentation en acides aminés indispensables juste après un exercice favorise la production de muscle. Cet effet est augmenté si la supplémentation en acides aminés indispensables est accompagnée d’un apport en sucre simple (tel que le glucose) raisonné.

Préparer un jeune cheval pour les ventes : quelle alimentation privilégier ?

  • Une supplémentation en protéines peut favoriser le développement musculaire mais elle doit augmenter en qualité aussi bien qu’en quantité.
  • Il faut augmenter la digestibilité des protéines par une alimentation équilibrée et un apport d’aliments très digestes.
  • La supplémentation peut être optimisée si elle accompagne un peu d’exercice physique.

Source :
P.A. Harris, R.C. Harris, 2005. Ergogenic potential of nutritional strategies and substances in the horse. Livestock Production Science, 147-165.
S.L. Tanner, A.L.Wagner, R.N. Digianantonio, P.A. Harris, J.T. Sylvester, K.L. Urschel, 2014. Dietary crude protein intake influences rates of whole-body protein synthesis in weanling horses. The Veterinary Journal, 236–24.
A. Matsui, H. Ohmura, Y. Asai, T. Takahashi, A. Hiraga, K. Okamura, H. Tokimura, T. Sugino, T. Obitsu, K. Taniguchi, 2006. Effect of amino acid and glucose administration following exercise on the turnover of muscle protein in the hindlimb femoral region of Thoroughbreds. Equine Veterinary Journal, 611-616.
A.L. Wagner, 2011. Factors affecting skeletal muscle protein synthesis in the horse. Animal and Food Science.