Fibres contre la diarrhées chez les chevaux
D’une façon générale, les chevaux s’adaptent bien au froid. Lorsqu’ils ne sont pas tondus, ils sont à l’aise lors de températures basses, même négatives. En automne et en hiver, c’est donc l’humidité plus que le froid, qui reste un ennemi dont il faut se méfier …

Cette semaine, place aux conseils pour repérer et prévenir les problèmes cutanés qui peuvent apparaître en hiver.



La « gale de boue ».

Les membres de votre cheval peuvent être sujets à une maladie fréquente appelée « gale de boue ». Si le terme de « gale » est abusif (il ne s’agit pas de l’infection cutanée contagieuse liée à un parasite), la maladie n’en reste pas moins préoccupante.

Elle se traduit généralement par des lésions au niveau du paturon allant de simples irritations à l’apparition de crevasses. Elle peut s’accompagner de complications, telles que des surinfections, des engorgements, des boiteries.

La peau est généralement chaude et douloureuse au niveau du paturon, du boulet ou de la couronne. Une multitude de petites croûtes peuvent apparaître dans le pli du paturon et sont perceptibles au toucher.

Je vous conseille de ne pas arracher les croûtes visibles sur les membres : cela reviendrait à enlever une protection supplémentaire à votre cheval. Utilisez plutôt une pommade ou un spray antiseptique qui désinfectera, calmera et cicatrisera la peau.

L’humidité, la boue, les douches sans séchage, ou encore les abrasions dues au sable, engendrent ce type d’infection. C’est donc en prenant soin de l’environnement de votre cheval, notamment en lui assurant un lieu de vie sec et en lui prodiguant des soins hydratants, que ce type d’infection sera évité.

La dermatophilose.

Autre maladie fréquente en saison hivernale due à une bactérie bien spécifique, elle affecte généralement le paturon et les régions dorso-lombaires, où elle apparaît sous forme de croûtes et évolue rapidement en pustules. Vous observerez alors des zones de poils surélevés, avec des croûtes à leur base. Les poils s’en vont en pinceau lorsque l’on tire dessus, avec une croûte les reliant à leur base. Le cheval se retrouve avec un poil mité.

Cette maladie est contagieuse et je vous conseille de prendre des précautions afin de limiter la contamination. Pour ce faire, veillez à ce que le cheval ait son propre matériel de soin (pansage, couverture et tapis) et à bien vous laver les mains après avoir été en contact avec un cheval atteint.

L’emploi d’un lait ou d’un baume hydratant et filmogène peut aussi être utile dans le cas où la peau est dépilée, craquelée et sèche. Je vous conseille dans ce cas de la vaseline qui sera parfaitement adaptée. Pensez également à bien sécher les membres après le travail et à ne pas couvrir un cheval qui ne serait pas complètement sec.

La teigne.

Cette maladie est causée par plusieurs espèces de champignons microscopiques que seul un vétérinaire sera en mesure de diagnostiquer et de soigner. Les symptôme sont des dépilations rondes, sans démangeaisons, et peuvent prendre la forme de croûtes. Parfois semblable à la dermatophilose sous sa forme, il est primordial de consulter un vétérinaire pour traiter correctement cette maladie. De plus, elle se transmet facilement entre les chevaux, par contact direct ou par le biais de matériel contaminé.

Vous l’aurez compris, un environnement humide et un animal vulnérable suffisent à faire le nid de maladies hivernales. C’est pour cette raison que je vous conseille aussi un renforcement du système immunitaire de votre cheval afin de limiter les risques de maladies.


Anaël MARZIN
Responsable marché Equideos